seniors chouchou des assurancesLes plus de 60 ans, véritables chouchous des marques ? Oui, si l’on en croit l’engouement autour de la filière baptisée « silver economy », dédiée à l’économie des séniors.

Âgés, fatigués, les séniors sont un « poids » pour la société ? Ils ne consomment plus et se replient, s’isolent ?

Non, c’est tout le contraire. A 60 ans, 70 ans ou 80 ans, on a encore des projets plein la tête !

Et des besoins d’assurance…

Les séniors, une chance pour l’économie française

Le nombre de seniors dans la population est amené à augmenter en France, c’est un fait. Passage à la retraite de la génération du baby-boom, allongement de l’espérance de vie… Nous sommes en route vers une véritable révolution démographique !

Déjà, et pour la première fois, les 60 ans sont plus nombreux que les moins de 18 ans. Mais en 2030, ce mouvement de glissement de l’âge de la population se sera encore accéléré : un tiers des français aura plus de 60 ans.

Ce vieillissement de la population française constitue une réelle source de croissance pour l’économie dans l’hexagone !

Le Credoc le prévoyait déjà en 2010 : « À l’horizon de 2015, le poids des seniors (plus de 50 ans) dans les dépenses de consommation dépassera les 50 %, soit plus que leur poids démographique (39 %) ». Et d’ajouter : « c’est dans le domaine des assurances que leurs dépenses sont, et devraient rester, les plus surreprésentées (56 % des dépenses totales d’assurance sont le fait des seniors) ». Oui, les séniors sont des clients qui attirent les assureurs. De par leur niveau de vie (avec une rémunération garantie par les pensions), mais aussi leurs besoins assurantiels multiples.

Les besoins en assurance hétéroclites des séniors

Ce qui fait l’attrait des séniors, mais qui constitue également un défi complexe à relever, c’est l’hétérogénéité des profils. Les séniors sont loin d’être une cible homogène, et sont encore largement incompris. Contrairement aux clichés véhicules çà et là, les séniors sont connectés.

Ils passent 2h20 devant leur écran d’ordinateur au quotidien, soit 8 minutes de plus que la moyenne du reste de la population ! Ils s’intéressent à la téléphonie, aux jeux vidéo…
Difficile de les cerner ? Un peu.

Les assurances doivent s’adapter et répondre à la multiplicité des profils :

  • Il existe plusieurs « types » de seniors : entre les actifs, les personnes fragiles, mais aussi celles en situation de dépendance, il existe des besoins très divers en matière d’assurance santé (notamment), mais aussi de couverture de frais annexes (amélioration de l’habitat, prise en charge d’aide à domicile) ;
  • Tous les séniors n’ont pas la même situation économique : certains continuent de travailler et cumulent emploi et retraite, tandis que d’autres profitent de leur pension justement acquise. Il faut ainsi des produits de prévoyance et d’assurance retraite sur-mesure ;
  • Enfin, en fonction de l’âge, les envies changent. Envie de crédit personnel et de crédit auto au début de la retraite, les séniors prennent un nouveau départ ! Mais il ne faut pas négliger la couverture personnelle et les produits de prévoyance. Des assurances spéciales sont pensées pour accompagner leurs projets à tous les âges, notamment les envies d’immobilier. Enfin, il faut aussi se préoccuper de l’assurance obsèques.

Nous passons la moitié de notre vie à être catégorisés comme « seniors ». Il faut accepter cette évolution, et il est surtout nécessaire que les marques, et notamment les assurances, adaptent leurs offres à cette évolution. Il existe un vrai potentiel pour les assureurs qui font l’effort de s’adresser aux séniors.

En effet, ces derniers préfèrent souscrire eux-mêmes leurs assurances, et ne pas laisser leurs proches s’en occuper. C’est une façon de garder le contrôle, et de continuer à avancer.

Car être sénior, c’est avoir plein de projets, pas vrai ?